Séance Atelier : travailler la relation texte-voix-corps pour permettre l’appropriation du texte littéraire

Pour travailler la relation corps/texte, le professeur propose une séance de français en salle d’animation pour travailler l’oral, le corps, l’adresse du texte au public.

La voix : coffre et souffle.

L’activité se découpe en 3 temps :

  1. Allons au ski : l’élève simule la descente de piste en ski alpin avec le planté de bâton. Chaque planté de bâton s’accompagne d’un « tchi », « tchi », « tchi ». L’élève se focalise sur ce qui se passe au niveau de son diaphragme.
  2. On propose une variante avec l’image mentale du « petit train » : il s’agit de faire « sch, sch, sch » pour prendre conscience du placement et de l’espace de la voix dans le corps.
  3. Allongé, au sol, un livre ou une trousse posé sur l’abdomen, l’élève alterne inspiration et expiration pour repérer le mouvement du diaphragme.

La voix pour porter, être pleine et audible vient habiter le ventre ; c’est aussi le siège des émotions. Les cordes vocales émettent et modulent le son.

En outre, l ‘activité a permis aux élèves de faire un lien avec « Souffle » le nom du blog qui suit notre classe éloquence.


Un supercochon contre un choeur

Le « supercochon » est l’ animal mascotte qui couine quand on le presse.

Un élève dit une phrase à voix haute face à la classe groupée en formation « tortue ». La classe fait « choeur » et incarne le public. Ce public recule lentement jusqu’à atteindre le fond de la salle d’animation pendant que l’élève partage son texte. Si un élève du groupe presse le « supercochon », l’orateur a perdu. L’objectif est de faire prendre conscience de l’obligation d’élever le volume sonore tout en travaillant l’articulation pour faire passer un texte audible et compréhensible  au public.

Le Dixit Ball : activité qui permet de travailler l’adresse du texte.

Le Dixit Ball : Jeu de ballon qui a pour objectifs de travailler le sentiment d’appartenance à une équipe, la nécessaire qualité de l’adresse du texte au public et la liberté que peut procurer un texte appris en termes d’interprétation et d’appropriation tout en travaillant sur la mise en énergie.

Deux groupes en face à face : deux matchs qui opposent « Melancholia » et « Discours de Lille » (5élèves / 5élèves)/ et deux autres matchs  qui opposent «  Cosette » au « Discours sur la Misère« .(7 élèves/ 8élèves (donc un remplaçant).

Les règles : pour gagner le match, le texte doit être exprimé clairement et de façon compréhensible en entier. L’activité forge l’appartenance à un groupe puisque chaque élève est en responsabilité d’une partie du texte.

Le match « aller » se déroule texte à la main. La balle est lancée au centre. Le premier joueur qui rattrape la balle joue avec et pour son équipe. Il doit adresser la balle à son partenaire de texte tout en respectant la chronologie du texte de Victor Hugo. Le premier à parler fixe du regard le partenaire suivant avant de lui lancer la balle. Le destinataire rattrape la balle et choisit le destinataire suivant. Il adresse son texte avec « éloquence ».

Que font les adversaires ? Ils ont le droit de chercher à intercepter le regard de l’orateur, ils peuvent essayer de couper le lien avec le destinataire par des mouvements du corps  mais ils ont interdiction d’aller au contact de l’orateur ou du destinataire.

Le match « retour » se déroule sans texte à la main. Il faudra que les élèves fassent avec ce qu’ils ont mémorisé. Le professeur souhaite que les élèves puissent se passer de texte car si apprendre par coeur peut figer l’interprétation, l’apprentissage participe aussi de l’appropriation du texte.

D’autant que le grand oral commence ainsi : « Présentation initiale du sujet (5 min)
Cette partie se caractérise par le fait qu’elle est réalisée sans support, sans note, debout devant le jury. Il s’agit de se placer dans une situation où l’oral seul est le vecteur du message, sans éléments perturbateurs. (Le candidat remet tout de même un recto simple au jury afin qu’il puisse le relancer en cas de besoin). ».

Pour aller plus loin :

Il ne faut surtout pas attendre le lycée pour travailler l’oral comme le précise Cyril Delhay dans sa conférence du 3 octobre 2019 au Musée de l’homme.

Voici le Compte-rendu de la conférence de Cyril Delhay Musée de l’Homme – 3 octobre 2019) proposé par le site Lettres de l’Académie de Versailles qui montre la nécessité de travailler la triade « texte-corps-voix » pour développer les compétences de l’oral chez l’adolescent.e.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s